La reine d’Angleterre suivie sur Google Maps

La reine d’Angleterre a dévoilé la semaine dernière la nouvelle version du site web de la famille royale, www.royal.gov.uk. Toutes sortes d’infos y figurent, plus ou moins utiles et futiles, y compris une section sur les animaux de la famille royale, et une section « Jobs », décrivant les compétences requises pour un bon majordome : « servir le thé et le café, les plateaux de petit-déjeuner et les journaux… de façon discrète et efficace« .

Mais le plus amusant est sans doute la carte Google Maps permettant de suivre en direct les déplacements de la famille royale. Nicolas Sarkozy avait mis en place le même dispositif durant la campagne présidentielle, mais on ne peut plus le suivre depuis qu’il est à l’Elysée…

Le « site fantôme » de l’affaire Kouchner retrouvé

Une fois qu’une information est publiée sur Internet, il est quasiment impossible de la faire disparaître.

C’est ce que nous prouve une fois de plus le magazine Challenges, qui a utilisé la machine à remonter dans le temps du Web pour retrouver le site « fantôme » d’Imeda, la société de conseil de Bernard Kouchner, dont parle Pierre Péan dans son brûlot paru cette semaine, « Le monde selon K.« . 

Pierre Péan écrit dans son livre :

Le site internet d’Imeda que j’ai consulté quand j’ai entamé cette enquête indiquait que cette société de conseil [Imeda, ndlr] avait bien effectué un audit du système de santé gabonais démarré en novembre 2003, [et] avait élaboré la mise en place d’un système national d’assurance-maladie (…) Le site désignait également Bernard Kouchner comme associé à ces deux études d’Imeda au Gabon. » 

Et de déplorer que l’internaute ne peut plus vérifier cette information aujourd’hui, le site ayant disparu depuis. Mais c’était compter sans la Wayback Machine, qu’un journaliste de Challenges a utilisé pour des petits travaux d’archéologie

Les républicains deviennent cool

Les Républicains ont été défaits par le tsunami Obama, mais ils pourraient bien ne pas être lents à tirer les leçons de leur défaite, et à relancer la dynamique du parti.

Deux vidéos étonnantes (surtout la première) montrent que les conservateurs n’ont pas l’intention de se laisser voler le « monopole du cool ».

La première est une publicité de chrétiens opposés à l’avortement, qui utilise admirablement bien l’enthousiasme populaire pour Obama, avec une chute tout à fait inattendue.

La seconde est un clip destiné aux militants du parti Républicain, que l’équipe de campagne d’Obama aurait pu faire elle-même : des visages de jeunes et de vieux, des Américains « issus de la diversité », un montage moderne… les conservateurs veulent reconstruire leur parti, et en 2012 ils n’ont pas l’intention d’avoir encore un clic de retard sur les Démocrates.