La bibliothèque George W. Bush se fait voler son propre nom de domaine

C’est un classique pour les directions informatiques étourdies, mais quand il s’agit de George W. Bush, cela fait encore plus rire : omettre de renouveler son propre nom de domaine peut coûter très cher. C’est la fondation George W. Bush Library, à Dallas, qui en a récemment fait les frais: son fournisseur informatique ayant oublié la date d’expiration du domaine GeorgeWBushLibrary.com, elle se l’est laissé chaparder par une agence web aux aguets qui l’a aussitôt racheté pour 10 dollars. Après quelques mois de négociation, elle l’a finalement revendu à son propriétaire légitime pour… 35 000 dollars.

D’ailleurs, ce nom de domaine aura décidément coûté très cher, car la fondation l’avait initialement acheté en 2007 à un particulier pour la somme de 3000 dollars. Le prix standard d’un « .com » se situe normalement autour de 8 dollars par an.

Ségolène Royal veut renforcer l’usage de Désirs d’avenir

Dans sa vidéo hebdomadaire postée la semaine dernière sur Desirsdavenir.org, Ségolène Royal livre ses bonnes résolutions pour 2009 : elle veut notamment faire monter en puissance sa stratégie Internet pour créer un réseau suffisamment fort pour faire contrepoids à la direction officielle du PS, qui l’a « laissée à la porte ». A plus long terme, c’est évidemment la course pour la présidentielle 2012 qui est en ligne de mire.

« Venez nombreux, adhérez et faites adhérer […] Nous allons continuer à mettre sur le site les meilleures contributions des experts, des économistes, des intellectuels, des sociologues que nous rencontrons, parce que je souhaite que cette matière grise soit mise à la disposition du plus grand nombre. […] Je veux que les militants de Désirs d’avenir soient aux côtés de ceux qui souffrent et qui disparaissent en silence, filmez-les, recueillez leurs témoignages, faites-les porter sur le site de Désirs d’avenir »

Ségolène Royal annonce également une nouvelle version : « Nous allons restructuer le site pour lui donner beaucoup plus d’ampleur et d’impact, et j’ai besoin de vos contributions. » L’association compterait actuellement autour de 10 000 adhérents, avec un objectif de 15 000 adhérents d’ici trois mois.

Après l’UMP et le MoDem, c’est donc au tour du PS – ou du moins d’une branche du parti – de se sentir inspiré par la cyber-campagne de Barack Obama. Il reste néanmoins à voir si ces nobles intentions seront réellement suivies, et si les outils Internet seront utilisés avec savoir-faire. Car le site CongrèsUtileEtSerein.com ressemblait plus à un alibi de démocratie participative qu’à une version française du solide réseau de militants tissé par Barack Obama sur le web.

Chaussures 1 – 0 Bush. Retour sur un buzz.

La vidéo du président américain évitant de justesse et non sans humour1 une, non deux chaussures volantes d’un journaliste irakien, a fait le tour du web, et même le tour du monde. Le tour du web, c’est 13 millions de visionnages en une semaine, ce qui la propulse en tête du classement des vidéos de l’indicateur Bertrand. Plus efficace qu’une pub virale de Nike

Comme à chaque fois, des parodies surgissent en quelques heures du cerveau d’anonymes geeks : animations à utiliser en smiley dans MSN Messenger, vidéos détournées plus ou moins réussies, T-shirts, et bien entendu jeux en flash (ici,  et là-bas). Bref, la panoplie complète du buzz de légende, celui qui dure plus de 5 jours et accédera peut-être au statut de mème

Cet épisode drôlatique – exutoire pour une bonne partie de la planète – a aussi eu des répercussions dans le monde réel. Il a par exemple provoqué la première micro start-up: l’auteur du jeu Sockandawe.com2 a inventé le concept lundi, développé le jeu mardi, fait un carton mondial mercredi, et vendu la licence sur eBay jeudi, pour la somme de 7800$. 

Dans le monde arabe, on se réjouit de cet instant de bravoure : les journaux en font leur une, les dessinateurs caricaturent, des comédiens parodient la scène à la télévision, et les Egyptiens se sont échangé des blagues par SMS pendant toute la semaine.

Le jeune journaliste irakien, lui, ne rigole pas : il a été arrêté et risque jusqu’à 7 ans de prison. Mais l’opinion publique fait bloc derrière celui qu’elle a élevé au rang de héros national, 68 000 membres de Facebook le soutiennent et plus de 200 avocats se disent prêts à le défendre gratuitement. Finalement, l’attentat en Irak qui a fait le plus de bruit médiatique durant cette guerre n’aura tué personne.

  1. « Si vous voulez des faits: c’était une chaussure de taille 44 » a-t-il déclaré à propos de l’incident []
  2. Littéralement « Chaussette et effroi ». Jeu de mots avec « Shock and Awe », une doctrine d’attaque militaire éclair utilisée par l’armée américaine en Irak []

L’UMP va muscler sa stratégie de recrutement par Internet

Le nouveau numéro un de l’UMP, Xavier Bertrand, commence à battre le rappel des troupes pour remettre le parti en ordre de bataille en vue des élections européennes de 2009 et régionales de 2010. En particulier, l’objectif est de recruter de nombreux nouveaux adhérents, pour grossir les rangs face à un PS qui risque de devenir plus combattif avec Martine Aubry à sa tête.

 

Mais la campagne de Barack Obama est passée par là, et l’UMP compte bien en tirer des enseignement, ainsi que le révèle le magazine Challenges du 11 décembre :

« C’est très difficile d’augmenter le nombre de militants à l’ancienne, bénévoles, confie un dirigeant de l’UMP. En revanche, il faut faire participer davantage de gens grâce à Internet.«  Depuis quelques mois, sous la houlette de Xavier Bertrand, une task force de communicants […] travaille à une profonde refonte du site de l’UMP. S’inspirant de ce qu’a fait Barack Obama. L’appel d’offres a déjà été lancé.

De fait, cette volonté de mieux exploiter Internet pour recruter avait déjà été abordée à l’université d’été de l’UMP, début septembre. On a aussi appris de la plume de Christophe Ginisty que le MoDem musclait sa stratégie online. On n’attend donc plus que le PS.

Christophe G. quitte la stratégie Internet du MoDem et tacle Christophe G.

Comme Dupond et Dupont, il y a deux Christophe G. célèbres pour être passés du simple statut de blogueur politique à celui d’élus locaux et militants actifs : Christophe Ginisty et Christophe Grébert. Tous les deux forcément au MoDem, dont on se demande si François Bayrou n’a pas choisi ce nom exprès pour attirer les blogueurs français.

En avril dernier, Ginisty annonçait avoir été chargé de piloter la stratégie Internet du Mouvement Démocrate avec les équipes existantes : « c’était bien une info, pas une rumeur« . Sauf que depuis huit mois, plus aucune info ni rumeur n’a filtré sur les travaux de l’équipe.

On supposait donc volontiers qu’elle oeuvrait dans l’ombre, préparant lentement mais sûrement un plan d’action Internet dont le MoDem avait à la fois le plus grand besoin (inaudible dans les grands médias, coincé entre PS et UMP) et le plus grand potentiel (un très fort réseau de sympathisants dans la blogosphère). Et puis, ces derniers mois, la cyber-machine de guerre Obama a été une formidable source d’inspiration, admirée, décortiquée, analysée quotidiennement. Bref, on s’attendait à ce que le MoDem en crée une copie Made in France pour renaître sur la scène nationale en s’affranchissant des contraintes des mass médias.

Mais patatras ! Voilà que Christophe Grébert nous annonce hier sa démission de l’équipe Ginisty, qui n’en aurait pas fichu une rame depuis avril :

Depuis 6 mois, en effet, le groupe stratégies internet du MoDem a peut-être travaillé et produit des choses… Je ne le sais pas, puisqu’on ne m’a jamais consulté, ni rien demandé ! […] Lassé par cette inaction, j’ai informé cette semaine Christophe Ginisty que je quittais son groupe « stratégique ».

Pis, Christophe G. veut maintenant poursuivre la réflexion de son côté, en lançant un e-parti qui compte déjà 25 membres.

Réponse outrée de Christophe G. (l’autre) dans un billet initulé « Les bavards et les artisans »1. Quelques amabilités fusent, sans doute inspirées des récents échanges verbaux au PS. Mais l’intéressant est ailleurs :

Depuis plus de 6 mois, des jeunes développeurs travaillent bénévolement sur leur temps libre à la mise en ligne d’une des plateformes les plus innovantes du web politique.

Et le résultat de ce travail de bénédictin serait révélé « dans quelques jours à peine ». Voilà qui promet. Rendez-vous est pris, comptez sur moi pour y jeter un oeil sourcilleux.

  1. le règlement de comptes se poursuit un peu plus loin sur le blog de Bernard Henri MRY []