Le web d’Hillary Clinton

A lire en anglais sur le blog Cerebral Politics, un article intéressant prenant parti pour la façon dont Hillary Clinton utilise Internet pour la campagne présidentielle américaine. En effet, on cite généralement Barack Obama en exemple absolu de candidat branché (et je suis le premier coupable), mais sa concurrente n’est pas aussi old fashion qu’on pourrait le croire, ainsi que le prouve l’auteur à travers de nombreux exemples.

Propagande chinoise sur le web

Les internautes chinois (rappelons qu’ils sont maintenant 220 millions, plus nombreux que les internautes américains) utilisent à large échelle le web pour riposter contre les manifestations occidentales en faveur du Tibet. La censure du gouvernement chinois est en effet sélective, et laisse passer ce qui l’arrange quand il le faut.

Ainsi, des sites ont récemment été créés pour inciter au boycott de certaines marques françaises, dont LVMH et Carrefour.

Par ailleurs, Thomas Crampton, sur le blog de Loïc Le Meur et sur le sien, a relevé un certain nombre de vidéos patriotiques chinoises diffusées sur Youtube. Le néologisme de User Generated Propaganda est parfois utilisé.

La Chine n’est pas une démocratie, mais la voix de son peuple – certes peu éclairé à cause du filtrage de l’information – s’exprime aujourd’hui massivement sur Internet exactement comme dans une démocratie occidentale, en quelques clics.

Requêtes sur les moteurs de recherche pour les élections américaines

Une étude a été publiée la semaine dernière par Search Insider sur le comportement de recherche (sur les moteurs) des internautes américains au sujet des élections présidentielles de 2008. Il en ressort plusieurs points intéressants :

  • Internet a supplanté la presse comme 2ème média le plus influent pour les élections 2008, juste derrière la télévision. 47% des électeurs américains utilisent aujourd’hui le web comme source d’information.
  • 87% des électeurs potentiels ont recherché via un moteur une information sur un thème particulier de la campagne présidentielle.
  • L’économie et la santé sont les thèmes les plus recherchés, alors que le réchauffement planétaire n’a plus autant la cote. L’Irak et le prix de l’essence restent des thèmes populaires.
  • Le nombre de requêtes relatives aux candidats a augmenté depuis juillet 2007, Barack Obama étant largement en tête. 71% des électeurs ont cherché une information à son sujet, 62% pour Hillary Clinton et 46% pour McCain
  • Obama est le mieux positionné en référencement naturel sur les principaux thèmes de campagne, avec 60% de part de visibilité, contre 36% pour le candidat républicain Ron Paul (très populaire sur Internet mais battu à l’investiture par John McCain), 3% pour Hillary Clinton et 1% pour John McCain.
  • Les thèmes recherchés varient selon le sexe : les femmes s’intéressent plus à la santé, l’éducation et l’environnement, tandis que les hommes ont une prédilection pour l’économie, l’Irak, l’emploi et la guerre contre le terrorisme.
  • En liens sponsorisés, c’est John McCain qui mène la danse avec une part de voix de 60% sur les termes sélectionnés pour l’étude, contre 25% pour Obama et 15% pour Hillary Clinton.

Après la Pennsylvanie, l’argent coule à flots pour Hillary

Hillary Clinton a redonné une impulsion à sa campagne en gagnant la Pennsylvanie, et elle a enfin compris comment en profiter financièrement à la manière d’Obama : juste après sa victoire, elle a demandé au plus grand nombre de supporters de faire des petits dons (5$ à 50$) directement sur son site. Résultat, elle a récolté un pactole de 10M$ en 24 heures de la part de 100 000 contributeurs, dont 80% donnaient pour la première fois. Ces 10M$ représentent la moitié de ce qu’elle a levé durant tout le mois de mars. Cette manne devrait lui permettre renflouer ses dettes et de réduire l’écart financier avec son concurrent pour les prochaines primaires d’Indiana, qui seront très coûteuses en publicité.

Obama en revanche a eu des résultats financiers plus timorés, à l’image de son score en Pennsylvanie. Il a tout de même récolté environ 5M$ le lendemain du scrutin, provenant de 54 000 nouveaux contributeurs. Par contre, le challenge AnObamaMinute.com n’a pas réussi à relever le défi : seulement 258 000 dollars ont été versés, et pas en une seule minute mais sur toute la journée, en raison de problème techniques. Malgré tout, cela reste une belle opération, mais avec Obama on est habitué à battre les records à chaque fois… alors, signe d’essoufflement passager ?

Google bombing politique

Rappelez-vous de la polémique qu’avait tenté d’allumer des adversaires de Barack Obama mal intentionnés en diffusant une photo du candidat enturbanné, suggérant ainsi qu’il aurait des origines musulmanes. L’équipe de campagne d’Obama, qui est certainement la plus experte en web parmi tous les candidats, a réussi à contrer cette mauvaise image, du moins dans les moteurs de recherche. En effet, si vous tapez « Barack Obama Muslim«  ou « Obama religion Muslim«  dans Google, les 3 premiers résultats renvoient vers des pages qui démontent l’hypothèse d’un Barack Obama musulman. Il s’agit très probablement d’un travail de « Google bombing positif », dans lequel le réseau de supporters blogueurs a dû aider en créant de nombreux liens.

Il semblerait en revanche que Nicolas Princen et son équipe ne maîtrisent pas aussi bien les techniques d’optimisation du référencement naturel. En effet lorsque l’on cherche « Sarkozy » dans Google, la première page de résultats renvoie vers des liens assez étranges. En 3ème position, on trouve « Nicolas Sarkozy plus viril qu’un acteur porno« , puis en 5ème place « Le blog Satirique de Nicolas Sarkozy de Nagy-Bocsa« , et en 7ème position « Nicolas Sarkozy, danger majeur« .

Mais il n’est pas le seul politicien à subir du Google bombing. Pendant la campagne présidentielle de 2007, en cherchant « programme ségolène », on tombait sur la définition du « vide » dans Wikipedia. Et il y en a bien d’autres…

Primaires de Pennsylvanie

Hillary Clinton a devancé Barack Obama de 10 points dans l’importante primaire de Pennsylvanie, ce qui lui permet de rester dans la course, sans pour autant reprendre le dessus. Les efforts fournis par les candidats sur le web n’ont pas été les mêmes : l’équipe d’Hillary Clinton a envoyé 11 e-mails parlant de la Pennsylvanie, contre 5 seulement pour Obama.

Voici, mises bout à bout, les images des e-mails envoyés par la candidate avant le scrutin :

En attendant, c’est John McCain qui doit se frotter les mains de voir le camp adverse s’entredéchirer.

Vidéos de la campagne américaine

McCain plus vieux que la terre. L’un des handicap de John McCain dans la course à la Maison Blanche, c’est son âge, presque 72 printemps. Des petits malins, manifestement supporters démocrates, se sont amusés à faire une liste de choses plus jeunes que McCain. Et il y en a beaucoup : la TV en couleurs, McDonald’s, le plutonium, les bas en nylon, l’Indonésie…

Obama Wan-Kenobi. Après Obama en maître Jedi, voici le générique d’un nouvel épisode de la guerre des démocrates, avec Obama Wan-Kenobi contre Klintaan et Warlord Mi’Kayn. Il manque juste le film…

Continuer la lecture de Vidéos de la campagne américaine

MSN Messenger pour arborer son amour de la Chine

Une nouvelle mode se répand actuellement sur le web chinois en réaction aux manifestations occidentales pour l’indépendance du Tibet et aux menaces de boycott des JO de Pékin. Les Chinois qui utilisent MSN Messenger et qui veulent marquer leurs sentiments patriotiques – ou leur désapprobation de la campagne occidentale pro-Tibet – affichent dans leur pseudo le symbole « [coeur] CHINA ». Selon la télévision chinoise Dragon TV, plus de 5 millions d’utilisateurs arboreraient ce pin’s électronique. Une variante consiste aussi à le faire suivre d’un « [coeur brisé] CNN ».

Cette pratique rappelle tout à fait l’utilisation du statut Facebook lors des excuses officielles du gouvernement australien aux aborigènes. Ce jour-là, de nombreux Australiens avaient alors mis comme statut « is sorry ».

Image de Shangaiist.

Le blog de Mélenchon bat des records

On a beaucoup entendu parler, ces dernières semaines, de Jean-Luc Mélenchon à propos de sa position sur le dossier sino-tibétain, qui se situe sinon à rebours, du moins en fort décalage par rapport à l’opinion française dominante telle qu’elle est relayée par la majorité des médias et des politiques. Le sénateur PS a eu l’occasion de s’exprimer dans des émissions de radio et de télévision, ainsi que par le biais d’un long billet sur son blog, lequel blog figure parmi les plus fréquentés de la sphère politique française. J’ai souligné lors de deux précédents billets que Jean-Luc Mélenchon était assez au fait d’Internet, non seulement par son utilisation, mais aussi par sa compréhension du rôle de ce nouveau média.

Il a publié hier un nouveau billet pour raconter l’écho considérable qu’a eu son premier article sur la Chine, qui aurait suscité près de 2500 commentaires et 1500 réactions par mail. Probablement une record pour un blog d’homme politique français. La médiatisation de ses propos dans les médias de masse a certainement contribué pour grande partie à cette audience, mais la blogosphère a aussi abondamment cité son article. Jean-Luc Mélenchon est renforcé dans sa conviction que le blog est un outil d’expression « hors du commun »:

Je milite depuis assez longtemps, j’ai utilisé tant de vecteurs d’expression, que je peux mesurer l’apport de ce nouvel outil. Quelle merveille ! Il produit une capacité de propagation, et de mise en lien des protagonistes d’une discussion, sans précédent et sans équivalent. […]
Un grand nombre de commentaires exposent une analyse. C’est cela le plus précieux. Bon nombre d’entre elles m’ont permis de corriger ou d’adapter mes arguments à l’occasion des passages audiovisuels.

Les hackers chinois attaquent les sites occidentaux

Comme le signale TechCrunch, le site américain SportsNetwork, qui fait partie du réseau CNN/SI, a été piraté ce week-end par des hackers chinois et utilisé comme tribune politique. Le message suivant a été affiché en chinois et en anglais (pardon pour la traduction) :

Le Tibet était, est et sera toujours une partie de la Chine. Nous ne sommes pas contre les médias occidentaux, mais contre les mensonges et les histoires fabriquées dans les médias. Nous ne sommes pas contre le peuple occidental, mais contre le préjudice de la société occidentale.

Selon Comscore, l’audience du site n’est pas très importante, avec 264 000 visites en février. Cet acte est donc loin d’avoir l’impact qu’aurait eu l’attaque du site principal de CNN. La question que l’on peut se poser est de savoir si les pirates sont indépendants ou s’ils agissent pour le compte du gouvernement chinois.

En effet, comme le révélait un article de CNN paru en mars, la Chine – qui vient de dépasser les Etats-Unis en nombre d’internautes – recèle de très nombreux jeunes et talentueux hackers, dont certains seraient payés par les autorités pour pirater des sites occidentaux, particulièrement en cette période de crispations tibétaines. Les systèmes du Pentagone auraient même été infiltrés, même si l’administration américaine n’a pas voulu commenter l’affaire ni accuser le gouvernement chinois.

Edit : Voici le site qui semble être responsable du piratage : hackcnn.com. Apparemment, il propose de télécharger un petit software qui attaque SportsNetwork. Des milliers de téléchargements ont permis d’obtenir le résultat que l’on sait.