« Une nouvelle fois la démocratie directe fait la preuve de son extrême dangerosité »

[…] une nouvelle fois la démocratie directe fait la preuve de son extrême dangerosité.

C’est la phrase du jour, tirée du très intéressant blog de Jean Quatremer, journaliste à Libération sur les questions européennes. Cette réflexion lui est inspirée par le résultat de la dernière votation suisse au sujet de l’interdiction des minarets dans le pays. La votation est un mode de consultation directe du peuple, très fréquemment utilisé chez nos voisins helvètes. Contrairement aux prognostics, les Suisses ont voté pour l’interdiction à une assez large majorité.

Dans ce cas précis, Jean Quatremer dénonce la réceptivité des électeurs aux arguments populistes. Mais vu le sujet du blog de l’auteur, « Les coulisses de Bruxelles », on se rappelle qu’effectivement, la démocratie directe n’est pas une méthode de gouvernement utilisée par toutes les instances de pouvoir.

A l’heure où on parle d’Internet comme un (potentiel) formidable outil d’avenir pour une démocratie plus transparente et plus directe, qu’en pensez-vous ?

2 réflexions au sujet de « « Une nouvelle fois la démocratie directe fait la preuve de son extrême dangerosité » »

  1. ce que j’en pense ? Les plus démocrates ne sont pas forcément ceux qu’on croit et libé est un journal de donneurs de lecons moralisateur à la con… Ils feraient mieux de défendre les journalistes soudanaises qui n’ont pas le droit au pantalon :) Je ne donnerai pas mon avis sur le vote suisse mais au moins ils ont les couilles de voter sur des sujets hautement sensibles

Les commentaires sont fermés.